Entre tests et prises de références, il n’est pas si difficile d’évaluer les compétences purement techniques des candidats. Mais lorsqu’on touche aux qualités interpersonnelles, l’exercice se complique. Pourtant, ces savoir-être, ou soft skills, s’avèrent tout aussi cruciaux pour une prise de poste sans accro. Alors comment les repérer pour s’assurer que le candidat s’intégrera au mieux ?

 

Définissez-les et classez-les

Tout le monde veut quelqu’un qui soit organisé, bon communicant, autonome, flexible, curieux, capable d’apprendre, de travailler en équipe, de prendre des initiatives, de faire preuve de leadership, d’improviser, de gérer son stress, de travailler dans l’urgence… Mais vous trouverez rarement quelqu’un qui cumulera tout cela et plus ! Tout comme vous l’avez fait pour les savoir-faire, vous allez devoir faire une liste de quelques savoir-être réellement indispensables et de ceux qui seraient appréciés. Ainsi, vous saurez quoi chercher.

 

Un premier tri en amont

La plupart du temps, les soft skills ne sont vraiment abordés qu’en entretien, ce qui peut représenter une perte de temps puisque certaines personnes ne possédant pas les qualités de base arrivent jusqu’à vous alors que d’autres peuvent être éliminés par manque d’une seule compétence technique. A partir d’un questionnaire sur votre site carrière et d’une lecture attentive du CV et de la lettre de motivation, qui peuvent en révéler plus que vous ne le croyez, vous aurez déjà quelques indices.

 

Tournez-vous vers les tests

Les divers tests de personnalité que vous pouvez faire passer au candidat au cours du processus de recrutement vous révéleront des éléments importants, tels que ses motivations et ses principaux traits de caractère. Ne vous reposez pas uniquement sur eux car les résultats peuvent être orientés par plusieurs facteurs, en revanche vous pouvez vous baser dessus pour creuser le sujet plus en profondeur en entretien.

 

Formez-vous sur la communication non verbale

Langage corporel, expressions du visage, comportement, mouvements des mains… Au-delà des mots qui sortent de sa bouche, il existe de nombreux indicateurs de l’état d’esprit d’une personne. Même en tenant compte du fait que l’entretien est un moment de stress pour le candidat, tout cela peut vous donner de précieuses pistes, à condition de maîtriser un minimum la question. Vous pouvez lire des études sur le sujet, mais rien ne vaudra une formation de quelques heures ou deux jours avec un expert qui pourra vous donner des exemples concrets et vous faire faire des exercices.

 

Posez les bonnes questions

Si vous demandez d’emblée à un candidat « Etes-vous autonome ? », il vous répondra oui parce qu’il sait que c’est ce que vous voulez entendre. Vous devez poser la question autrement, d’une façon qui lui imposera de répondre de manière illustrée, reposant sur des preuves. Par exemple « Parlez-moi d’un projet que vous avez dû mener seul » ou « Comment réagiriez-vous si votre binôme sur un dossier se désistait au dernier moment pour une réunion client ? » Adaptez la question en fonction de la qualité que vous souhaitez identifier.

Adoptez. Impliquez. Recrutez.Pour plus information sur l’importance des réseaux sociaux au service de la réputation de la marque et de l’acquisition de talents :

Téléchargez